Partenaires

  • Gérontopôle des Pays de la Loire (France)
  • MSD France

Contexte

L’accumulation d’affections chroniques chez les personnes âgées est à l’origine d’une fragilisation de leur état de santé à des degrés divers aboutissant à l’échelle d’une population à la constitution d’un groupe à l’état de santé hétérogène. Le problème de la prise en charge des patients âgés est alors d’être capable de repérer le plus tôt possible les plus fragiles qui requièrent des soins spécifiques et de les adresser vers la bonne filière de prise en charge médico-sociale, afin d’éviter des parcours de soin compliqués.

L’Évaluation Gériatrique Standardisée (EGS), qui permet de repérer le degré de fragilité, est la première étape de toute prise en charge gériatrique efficiente. Dans sa forme classique, elle demande des moyens importants du fait de l’intervention de plusieurs professionnels de santé, et du temps requis pour l’évaluation et l’élaboration du plan d’aide. Puisque l’EGS est un outil réservé aux spécialistes, des outils de repérage courts et simples sont en cours de développement.

Nous avons récemment pu montrer la faisabilité d’une EGS courte inclue dans un outil clinique nommé “Emergency Room Evaluation & Recommandations” (ER2) à l’hôpital et en ville, ainsi que sa valeur en termes de prédiction de longue durée de séjour hospitalier et de déclenchement d’une prise en charge réduisant cette durée de séjour. Aucune étude à ce jour n’a porté sur une population de personnes très âgées venant en consultation de soins primaires.

Nous formulons l’hypothèse que la réalisation d’ER2 par un médecin de soins primaires, c’est-à-dire un médecin généraliste, au cours d’une consultation en cabinet libéral peut prédire un parcours de soins compliqué défini par la survenue d’hospitalisations, de consultations médicales, d’une institutionnalisation ou d’un décès chez des patients âgés de 80 ans et plus vivant à domicile.

 

Objectif

> Déterminer si un test ER2 réalisé par un médecin de soins primaires au cours d’une consultation en cabinet de ville chez des patients âgés de 80 ans et plus, et vivant à domicile, peut prédire la survenue d’une hospitalisation non-programmée au cours d’une période de suivi de 6 mois

 

Actions

  • Mise en place d’un partenariat avec le Gérontopôle des Pays de la Loire (France)
  • Réalisation de l’étude
  • Analyse des données et formalisation d’un rapport
  • Rédaction d’un article scientifique