Contexte

Les zones cérébrales du contrôle de la marche dans le vieillissement ont été largement étudiées avec diverses méthodes de neuroimagerie telles que l’IRM, l’imagerie nucléaire, l’électroencéphalographie ou la spectroscopie. Un réseau étendu bilatéral comprenant de la matière grise et blanche, avec une contribution principale de diverses régions du lobe frontal, a été associé au contrôle de la marche. L’IRM est la méthode de neuroimagerie la plus couramment utilisée pour étudier le contrôle de la marche et plusieurs études ont été menées pour comprendre les corrélats neuraux du contrôle de la marche. La réduction du volume cérébral, comme son augmentation, ont été associées à des troubles de la marche. Ces différences de résultats peuvent s’expliquer par la grande diversité des mesures de performance de la marche ou des populations étudiées. En effet, dans les cohortes composées d’individus âgés non-déments, les participants peuvent avoir des stades très précoces de déclin cognitif, comme une plainte cognitive subjective ou une déficience cognitive légère. Ces derniers sont mélangés avec des individus sains et en santé, libres de tout processus cérébral sous-jacent. Complémentaire aux approches méthodologiques évaluant la connectivité fonctionnelle et structurale, la covariance structurelle anatomique permet une approche alternative à l’étude de l’organisation topographique du cerveau qui n’a jamais été étudiée pour évaluer l’effet de l’âge sur le contrôle de la marche. En raison de l’étendue des réseaux qui ont été impliqués dans le contrôle de la marche dans le vieillissement, le modèle de covariance structurelle peut aider à récapituler les résultats des études structurelles et fonctionnelles. De plus, des preuves de plus en plus nombreuses démontrent que les changements cognitifs observés au cours du vieillissement sont associés à des variations dans les réseaux cérébraux de covariance structurelle. En complément des différentes approches de neuroimagerie étudiées pour traiter les changements liés au vieillissement du contrôle de la marche, nous avons suggéré que l’utilisation de la covariance structurelle anatomique pourrait compléter notre compréhension du mécanisme physiopathologique du changement dans le contrôle de la marche avec le vieillissement.

 

Objectif

> Caractériser les réseaux de covariance structurelle de la matière grise cérébrale associés à la marche chez les personnes âgées non atteintes de démence dans diverses conditions de marche

 

Actions

  • Accord d’accès à la base de données GAIT
  • Identification des régions du cerveau montrant une corrélation entre les volumes de matière grise et la vitesse de marche
  • Utilisation de ces régions comme références pour identifier les réseaux de covariance structurelle
  • Étude des différences dans les réseaux de covariance structurelle entre les vitesses de marche lente, normale et rapide
  • Rédaction d’un article scientifique