Contexte

L’accumulation des morbidités chez un même patient âgé est l’un des principaux défis auxquels sont confrontés les hôpitaux. Il est important de répondre aux besoins spécifiques liés à ce fardeau de morbidités en raison du nombre croissant de patients gériatriques. La musique a un rôle potentiel à jouer dans les soins de santé. Chez les patients présentant une atteinte neurocognitive majeure (précédemment appelée démence), plusieurs études ont démontré que l’intervention musicale peut améliorer la cognition, en particulier l’orientation spatiale et temporelle, la mémoire épisodique et la mémoire de travail. Il a également été démontré que la musique peut améliorer la qualité de vie et réduire les symptômes dépressifs, et que l’utilisation de la musique pour traiter l’anxiété. Fait intéressant, certaines études ont également démontré qu’une seule session de musicothérapie était suffisante pour avoir un effet sur la relaxation. Nous avons montré précédemment que la musique diminue le risque de chute chez des patients gériatriques potentiellement par une amélioration de l’humeur. En outre, il a également été montré par ailleurs que la dépression était un facteur de risque significatif de chute et que le traitement de la dépression réduisait les chutes. Il est donc raisonnable de penser qu’une intervention musicale peut indirectement améliorer la mobilité par l’amélioration des émotions et de l’humeur positives.
Objectif

> Déterminer si les patients gériatriques admis dans une unité de soins et participant à des séances de musique présentent une augmentation et/ou une amélioration de leurs émotions positives par rapport au groupe témoin.

 

Actions

  • Rédaction du protocole de recherche
  • Soumission au Comité d’éthique
  • Formalisation d’une fiche de recueil de données
  • Analyse prospective des données collectées
  • Analyse statistique des données
  • Rédaction rapport d’étude